Redressement de la France et instabilité budgétaire

Alors que nous sommes en plein débat dans le cadre des primaires de droite, il se pose la question de savoir si les réformes à mettre en place pour réformer la France seraient possibles avec l’obligation de ne pas dépasser les 3% de déficits que nous impose l’Union européenne. En effet, il serait possible de pouvoir réformer dans de telles conditions mais il faudrait alors que les autres pays européens aient une véritable croissance et que les pouvoirs publics aient la possibilité de pouvoir baisser les dépenses et les impôts.

Cependant, faire des réformes implique nécessairement de faire des économies dans la mesure où il faut bien de l’argent pour financer cette transition. Cette transition qui serait nécessaire serait d’ordre structurel, cela signifie que malheureusement elle ne se ferait pas en quelques mois mais plutôt en quelques années, voire des décennies. Le souci réside doublement dans le fait que la croissance mondiale et le commerce mondiale sont faibles mais aussi dans le rythme qui serait associé à ces réformes, afin de ne pas bloquer le pays, ce qui serait contre-productif.

Le fait de baisser les dépenses et les impôts pour faire ces réformes aurait aussi un effet immédiat sur les déficits, ce qui signifie qu’il y aura d’un côté des réformes qui auront un effet récessif d’abord, puis d’autres qui auront un effet dont les effets positifs se verront plus tard. Quoi qu’il en soit, cela aurait un impact notable sur les thématiques de l’assurance et de l’assurance vie et succession en France, et ce de manière certaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>